lundi 16 novembre 2009

Pour un concert de Tchaïkovski

Je suis récemment revenue du cinéma enchantée du nouveau film de Radu Mihaileanu.
Hymne à la musique, "Le concert" s'ouvre sur un morceau de Mozart qui transporte déjà le spectateur. On peste contre la sonnerie du portable d'Andrei Filipov (Alexei Guskov), le chef d'orchestre devenu homme de ménage du Bolchoï, qui interrompt la répétition.

Sur fond de communisme désenchanté, défile l'histoire et la vie d'un orchestre russe qui vient à Paris au théâtre du Châtelet. Ce concert brasse à la fois la filiation, les souvenirs, l'amitié, la solidarité, l'humanité. Mais par dessus tout, une jeune fille violoniste (Mélanie Laurent) qui découvre qui étaient ses parents.

Le tout sur fond du concerto pour violon de Tchaïkovski.
La beauté et la force de la musique font ressentir toute l'émotion vécue par la jeune violiniste à chaque instant du concert. C'est beau, on en re-veut, on désire que la musique ne s'arrête jamais quand les lumières se rallument.

2 commentaires:

  1. j'ai adoooooooooooré ce film ,un des plus beaux films récents !! on rit , on pleure, on s'émerveille, on jubile, on voudrait que cela ne s'arrête point !à recommander sans modération autour de soi!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ta chronique. Je suis allée voir le film hier soir et l'ai trouvé exceptionnel. J'espère que nous aurons l'occasion de revoir Aleksei Guskov jouer très bientôt.
    Petit rectificatif... le film s'ouvre sur un concerto pour piano de Mozart et non de Tchaïkovsky. Et pour ceux qui seraient intéressés par le morceau final: il s'agit du concerto pour violon en ré majeur opus 35 de Tchaïkovsky.

    RépondreSupprimer